Pourquoi « Les Métamorphoses » ?


Une de mes principales problématiques artistiques est de transformer la matière ou de le faire croire.

Dans son incipit Ovide nous invite à comprendre la création du monde passé et présent.

Les causes des transformations d’humains en animaux, végétaux, minéraux ou hybride, nous révèlent les origines des éléments naturels. Ces histoires cachées nous invite à regarder de l’autre côté du miroir, l’imaginaire. La proposition de Léonard de Vinci de chercher des formes dans les nuages ou les imperfections des murs afin de favoriser l’imagination est là au cœur du dispositif de « A la recherche de Daphné » . Les « yeux » sur les tronc ou les excroissances des branches me font entrevoir des visages dont le tracer du dessin au pastel affirmera cette vision. Si l’intervention reste légère, l’énergie entre l’imaginaire du spectateur et l’arbre sera préservée ; trop dire ferme des portes. De même, les ocres des écorces et les céladon des mousses ne supporteraient pas l’ajout de couleurs criardes.

Le mot symbole vient du grec sumballein qui signifie lier ensemble.

Les arbres relient l’énergie du ciel et de la terre comme le laurier de Daphné relie la lumière d’Apollon à la terre Gaîa.

La vie est une perpétuelle métamorphose issue du souffle des arbres.

 

,

  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)